Catégories
Tendances

Au ban

Ne sommes-nous pas en train de développer un système de crédit social tel que celui des chinois? En tous cas la censure sévit sur Twitter.

Grosse surprise ce vendredi matin en ouvrant mes mails : j’apprends que mon compte Twitter est suspendu définitivement. Il semblerait que j’ai émis un tweet qui incite à la haine. Je ne me souviens pas avoir eu la moindre « conduite haineuse ». J’ai beau m’interroger je n’ai aucune idée de ce qui a pu déclencher l’ire de l’oiseau bleu. Je dois dire que j’apprenais la nouvelle après mon petit déjeuner en sirotant mon 2ème café. Poursuivant ma lecture je ne peux retenir la dernière gorgée de café encore présente dans ma bouche lorsque je découvrais dans un éclat de rire, l’infamie du tweet qui m’a valu un bannissement. Oui j’ai osé tweeter « Les vieux il faudrait les tuer à la naissance ».

Après tout Twitter est une société privée qui fait ce qu’elle veut pour sélectionner à qui elle s’adresse. Comme l’accès et l’utilisation sont gratuits alors le produit est l’utilisateur. Twitter vend des publicités ciblées sur la base des profils des Twittos. Dans ce cas, la richesse de la société est la qualité et la sécurité de ses bases de données concernant ses utilisateurs. Or Twitter ne garantit aucune des 2. Alors que l’homme le plus riche du monde, Elon Musk, avait fait une offre d’achat pour 44 milliards de $, les questions de la sécurité (ici ou ) et celle des faux comptes l’ont incité à se rétracter. La bataille judiciaire a commencé. L’ex-responsable de la sécurité de Twitter, Peiter Zatko, témoigne et dénonce les graves manquements de la société (lire ici).

Bien que les pratiques de de la firme à l’oiseau pour ce qui est de la sécurité soient déjà inquiétantes, Zatko dénonce dans une plainte de 84 pages les relations ambigües de Twitter avec le gouvernement chinois. S’il dit vrai, Twitter aurait communiqué des données d’utilisateurs aux services de sécurité intérieure de l’Empire du Milieu. On imagine aisément les conséquences pour un opposant au régime. Twitter a déclaré refuser la publicité politique… mais en Chine – la plus grosse source de revenus hors USA – Twitter relaie les informations de propagande gouvernementales contre monnaie sonnante et trébuchante.

Régulation obligeant Twitter s’est doté d’un mécanisme de contrôle pour détecter les propos haineux. A plus de 850 millions de tweet par jour (soit 10’000 par seconde), il est indispensable d’automatiser la surveillance à base d’intelligence artificielle. Cette forme de censure est nécessairement basée sur l’utilisation de combinaisons de mots. Et c’est tout le problème de la censure. Dès lors qu’elle exige une interprétation, on finit par sombrer dans l’arbitraire. D’autant plus que l’interprétation est faite par une machine…

Il m’est venu à l’idée de regarder les listes (ici ou )des personnalités connues qui ont été suspendues définitivement. Le plus connu qui a partagé mon sort reste Donald Trump. Il est suivi par des homophobes, des racistes, une nazi…. Il y a même Jordan Peterson. Lui est un psychologue passionnant et autrement plus intéressant que les premiers mentionnés. Certes il est climats-sceptique, libéral…. Et suspendu de Twitter. J’invite mes lecteurs anglophones à écouter ses conférences, il est particulièrement brillant. Sous prétexte d’incitation à la haine, Twitter fait également le tri dans les opinions exprimables sur sa plateforme. 

Evidemment j’ai écrit « qu’il faudrait tuer les vieux » tout en précisant « à la naissance ». Si le début de la phrase est clairement choquant voire haineux, la fin est toute aussi idiote que si je faisais visiter une exposition présentant le crâne d’Albert Einstein enfant…  Nous apprenons ici que l’intelligence artificielle est plus artificielle qu’intelligente. Le sens de l’humour (même bête) est en dehors des possibilités (pour l’instant) des machines. 

La vie qui se présente à moi est une vie sans Twitter. Je pense que je devrais m’en sortir sans trop souffrir. Lorsque j’étais actif sur ce réseau social, il m’est arrivé de lire des incitations à la haine, voire à la violence lorsque les sujets étaient les voyages en avion des Bernard Arnaud et autres magnas  de l’industrie, le réchauffement climatique, la vaccination anti-covid, le voile islamique, les super profits… ainsi que bien d’autres thèmes clivants. La liberté de parole… mais dans le sens de la tendance du moment. Pourtant le fait de s’exprimer librement était dans la promesse initiale de Twitter. Promesse non tenue donc.

Enfin, il y a quelques années que nous entendons parler du « crédit social » appliqué par le gouvernement chinois. Tout comme les confinements pour raison de Covid qui ne pouvaient s’envisager qu’en Chine et pas chez nous… sont arrivés dans notre monde « démocratique ».  WeChat qui est la plateforme multifonctions créée par l’état chinois. Elle regroupe les équivalents de Twitter, Facebook, Uber, UberEats, le GPS ainsi que des fonctions de paiements. Les chinois, s’ils « dévient » de ce qui convient, perdent des fonctions de WeChat. On y vient tout doucement, mais on y vient. 

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

2 réponses sur « Au ban »

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.