Catégories
Ailleurs

Monsieur Demi-Merci en Europe

Après mon passage en Chine où j’avais rencontré Monsieur Demi-Merci, Monsieur Cheval et Monsieur Petit-Cochon (voir les épisodes précédents) c’est au tour des chinois de venir en Europe. Donc Monsieur Demi-Merci a fait le voyage, étonnamment il n’est pas venu avec Monsieur Petit-Cochon qu’il présentait comme son frère, mais avec Mr. Gloire. Nous avons commencé par la Belgique puis continué par la France où ils ont pu voir nos installations. On  a montré les plus impressionnantes bien entendu.

Les chinois se lancent dans des affaires sur le long terme avec des gens qu’ils peuvent considérer comme des amis. Du moins c’est ce qu’ils disent. Nous, européen, nous faisons du business avec des partenaires qui s’apportent mutuellement un profit financier (le plus souvent), technique, commercial ou autres… Bien entendu si on s’entend bien, ça ne gâte rien mais on est prêt à supporter des partenaires « pénibles » tant que le type de profit recherché est là. Lors de mon passage dans l’Empire du Milieu ils avaient essayé de m’impressionner notamment par la gastronomie chinoise mais aussi par le « vin blanc » chinois (Saké 53% d’alcool tout de même !) il fallait être à la hauteur pour la visite de Monsieur Demi-Merci et Monsieur Gloire. Nous avons alterné visites techniques, discussions commerciales et tourisme. Dans tourisme il faut surtout entendre gastronomie et découverte de boissons alcoolisées exotiques pour eux ! Bon, je sais là ça fait poivrot et tout sauf raffiné… Mais après tout c’est eux qui avaient fixé le curseur à ce niveau et puis ne soyons pas naïfs, les affaires c’est les affaires il faut donc parler le langage du client.

Après quelques jours de diverses découvertes ils ont craqué et souhaité manger au restaurant chinois ! Pourtant on a commencé « classique » avec des gins & tonic. C’est la boisson tendance en ce moment en Belgique. On est allé dans un restaurant où ils proposaient au moins 10 gins et autant de tonics avec possibilité de faire toutes les combinaisons. Celui qui prend un Gordon’s avec du Schweppes passe pour un barbare ! J’ai quand même appris que le gin était issu de la distillation de céréales (orge, blé et ou avoine) agrémentées de baies de genièvre. C’est une invention anglaise et genièvre se dit « juniper » dans l’idiome de Shakespeare. Pour être honnête je dois avouer que je pensais que le genièvre (j’ai même appris qu’on disait « le » genièvre) était une herbe aromatique. Le gin & tonic belge est assez raffiné et présenté avec des baies (de genièvre surement – je n’avais jamais écrit ce mot, ça mène à tout un blog :j’en suis à  3 fois dans le même article !) et une autre version avec des graines de lavande (ce qui reste très discutable comme intérêt). Ensuite ils ont eu droit au Wortegemsem : liqueur belge également à base de genièvre (4 en fait) et de pulpe de citron. Bien entendu en Belgique quelques bières trappistes. Au niveau gastronomie que du léger : frites bien entendu, côtes à l’os, tripes sous diverses formes, soupe au boudin, fromages bien avancés… Il fallait bien montrer que nous aussi on avait des choses étranges dans nos assiettes puisque nous avons eu les pattes de poules, les têtes de canard farcies, les langues de canard ou le serpent. Bref ils ont demandé si je pouvais les emmener dans un restaurant chinois. La prochaine fois, en Chine,  je ferai pareil je demanderai un restaurant français !

Un restaurant chinois en Europe avec des chinois reste une expérience que je recommande vivement ! Ils prennent contact : d’où venez-vous ? Depuis combien de temps en Europe ? Le restaurant vous l’avez depuis quand ? Etc… Enfin ils choisissent. Quand les plats arrivent les portions sont plus grandes que sur les autres tables. Les autres convives du restaurant comparaient leurs plats avec les nôtres jalousement. Des plats non commandés sont arrivés offerts par la maison.

Quant aux affaires ils en sont pour l’instant restés aux belles paroles et intentions. Les intentions ont l’air bonnes et ils ont apporté une commande de quelques milliers d’euros. Je me demande ce qu’est venu faire exactement Monsieur. Gloire. Il aurait voulu acheter des diamants à Anvers, mais l’a dit un peu tard… Pour le reste il s’est contenté d’éluder la question les 4 ou 5 fois où j’ai demandé. On a déjà prévu de visiter des clients ensemble en Chine avec Monsieur Demi-Merci. A suivre donc, puisque mes aventures avec Monsieur Demi-Merci ne font que commencer. On a appris à se connaître et s’apprécier. Peut-on dire que nous sommes amis? C’est la question. On va dire que c’est un bon début.

 

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.