Catégories
Ailleurs Allemagne

Darf ich noch ein Bier haben bitte ?

Je suis en Allemagne et cette phrase est fondamentale à connaître en allemand si on veut une bière supplémentaire.

Certes l’Allemagne est moins exotique que l’Inde, l’Ukraine ou la Chine. Cependant on a beaucoup à apprendre de l’Allemagne. Comment un pays qui vend des produits parmi les plus chers du monde peut mieux que survivre à la mondialisation des échanges économiques ? Comment se fait-il qu’en Allemagne les hôtels aient un rapport qualité / prix aussi intéressant ? Comment se fait-il qu’on puisse manger pour moins de 15 € le soir avec suffisamment de quantité et de qualité avec en plus un serveur ou une serveuse qui parait concerné par le bien-être de ses clients ?

Je n’ai pas prétention d’avoir les réponses à ces questions. Ces derniers jours j’ai rencontré des clients qui en dépit de problèmes plus ou moins causés par nos livraisons qui n’ont pas perdu un instant de vue l’objectif qualité de leur entreprise. Je pense que dans tous les autres pays du monde (à l’exception de la Suisse et de l’Autriche – qui sont quasiment allemands !) la discussion aurait très rapidement tourné à trouver un arrangement commercial. Je ne suis pas naïf, la question arrivera tôt ou tard mais en Allemagne on veut d’abord et avant tout résoudre le problème de la qualité du produit final.

Intéressant de faire des affaires avec cet état d’esprit chez les clients. En plus on est toujours bien reçu avec café et des « Herzlich wilkommen » et des propositions de se revoir pour avancer dans le sens de la qualité. Beaucoup à apprendre de cette démarche.

Autrement aujourd’hui un client s’est livré à une séance de mime ! C’est un imprimeur en rotogravure pour le décor. Brièvement il s’agit des décors façon bois (ou autre) que l’on trouve sur les meubles ou parquets, à la base c’est une feuille de papier qui est imprimée. Il s’est mis à mimer comment était effectué le contrôle qualité sur ligne quand il a commencé il y a plus de 20 ans et comment il est effectué maintenant. Avant c’était purement visuel et les opérateurs regardaient la feuille et couraient modifier les réglages. Aujourd’hui tout est effectué par vidéo et électronique. Il a mimé une agitation totale à ses débuts et un opérateur qui attend les alarmes automatiques en consultant son smartphone et qui s’agite sur un clavier et un joystick quand quelque chose se passe mal. Merci pour la tranche de rire Herr Davidovic !

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.