Catégories
Ailleurs Allemagne La vente Tendances

Sagesse allemande

Ce ne sont pas les gros qui mangent les petits, ce sont les rapides qui mangent les lents.

Eberhard von Kuenheim  est né dans l’ouest de l’actuelle Pologne du nord, en 1928. En 1935, son père décède lors d’un accident de cheval lorsqu’il a 7 ans. Sa mère meurt au tout début de 1945 dans un des camps du NKVD où elle fut internée en décembre 1944. Il a 17 ans et il est issu de la noblesse, il faut fuir les russes.

Il a échappé aux russes en s’enfuyant lors de l’opération Hannibal, grâce à laquelle 1 million de personnes furent évacuées par les allemands à l’approche de l’armée rouge.

Evacuation des réfugiés dans le port de Pillau, le 26.01.1945

Après la capitulation du 3ème Reich, il s’installe à Stuttgart où il étudie la mécanique jusqu’en 1954 année où il est diplômé et commence à travailler. En 1965 il intègre le groupe d’Herbert Quandt alors actionnaire majoritaire de BMW, de Varta et de quelques autres entreprises moins connues.

Gravissant quatre à quatre les échelons du groupe, il révèle des talents de manager et des compétences techniques hors du commun. Ses performances, ses idées et son charisme font qu’il est nommé PDG du groupe BMW le 01.01.1970. Il a 41 depuis quelques mois.

BMW en 1970 venait d’être sauvé de la faillite, et présentait une gamme hétéroclyte de modèles qui ne correspondaient à aucune attente du marché. L’Isetta ci-après est une illustration de la situation.

Les résutats d’EvK, (prononcer « éfaouka ») comme l’appellent ses collaborateurs, parlents d’eux même. Durant ses 23 ans de règne à la tête de BMW, la marque est passée d’une image au mieux ordinaire à celle d’une icône de la performance et du luxe associés.

Règne durant lequel BMW s’est installé en Autriche, Afrique du Sud et aux USA est passée de 20’000 à 70’000 employés pendant que le chiffre d’affaires de 1 milliard à 30 milliards de Deutsch Marks

Ecoutons la phrase qu’il rappelle volontiers à qui veut bien l’entendre.

Ce ne sont pas les gros qui mangent les petits, ce sont les rapides qui mangent les lents.

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

2 réponses sur « Sagesse allemande »

Le dicton n’est pas toujours vrai, Jean de la Fontaine nous l’enseigne dans le lièvre et la tortue, rien ne sert de courir, il faut partir à point:

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage.
Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point
Sitôt que moi ce but. – Sitôt ? Etes-vous sage ?
Repartit l’animal léger.
Ma commère, il vous faut purger
Avec quatre grains d’ellébore.
– Sage ou non, je parie encore.
Ainsi fut fait : et de tous deux
On mit près du but les enjeux :
Savoir quoi, ce n’est pas l’affaire,
Ni de quel juge l’on convint.
Notre Lièvre n’avait que quatre pas à faire ;
J’entends de ceux qu’il fait lorsque prêt d’être atteint
Il s’éloigne des chiens, les renvoie aux Calendes,
Et leur fait arpenter les landes.
Ayant, dis-je, du temps de reste pour brouter,
Pour dormir, et pour écouter
D’où vient le vent, il laisse la Tortue
Aller son train de Sénateur.
Elle part, elle s’évertue ;
Elle se hâte avec lenteur.
Lui cependant méprise une telle victoire,
Tient la gageure à peu de gloire,
Croit qu’il y va de son honneur
De partir tard. Il broute, il se repose,
Il s’amuse à toute autre chose
Qu’à la gageure. A la fin quand il vit
Que l’autre touchait presque au bout de la carrière,
Il partit comme un trait ; mais les élans qu’il fit
Furent vains : la Tortue arriva la première.
Eh bien ! lui cria-t-elle, avais-je pas raison ?
De quoi vous sert votre vitesse ?
Moi, l’emporter ! et que serait-ce
Si vous portiez une maison ?

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.