Catégories
Ailleurs Iran Photographies

Au revoir Ispahan

Je ne suis pas arrivé en Iran avec en tête que tous les iraniens sont des terroristes fondamentalistes mais je dois bien dire que je n’étais pas a priori positif. Dans l’imaginaire occidental l’Iran n’a pas une bonne réputation, c’est le moins qu’on puisse en dire. Les médias occidentaux ne donnent que peu d’informations positives sur le pays. Les habitants sont très différents des dirigeants iraniens. Je ne compte plus les contacts, les échanges spontanés, les sourires avec les iraniens et iraniennes. Ce sont les personnes les plus chaleureuses que j’ai rencontrées jusqu’à présent.

Avant de partir j’ai eu le temps de visiter plusieurs endroits encore étonnants à commencer par le Palais des 40 colonnes également connu sous le nom Chehel Sotoun. Il doit son nom à ses 20 colonnes qui en se reflétant dans l’eau sont multipliées par 2. C’était le lieu de réception des visiteurs de marque lorsqu’Ispahan était la capitale. Compte-tenu de l’orientation, si on veut faire de belles images, il est préférable de le voir l’après-midi. Dans mon cas, ce fut le matin.

A environ 8 km d’Ispahan se trouve le temple du feu. C’est un vestige de la première religion monothéiste du monde vouée au dieu Ahura Mazdâ et dont le prophète est Zarathoustra. Cette religion s’appelle le zoroastrisme du fait de la retranscription du nom du prophète Zarathoustra en Zoroastre par les grecs. La religion a été quasiment « balayée » par l’Islam. Cependant la pratique Chiite de l’islam présent en Iran a intégré certains rites zoroastres. Le feu est le symbole du divin. Les vestiges du temple sont situés sur une colline de plus de 200m et dont l’ascension est une épreuve.

A Ispahan se trouve un quartier arménien avec la cathédrale St. Sauveur en son centre. Ça n’a pas dû être toujours simple d’être chrétien orthodoxe en Iran mais l’endroit est particulièrement paisible et silencieux. Autour de la cathédrale 2 musées dont un sur génocide arménien par l’empire ottoman en 1915.  Les points rouges sur la carte représentent les endroits où ont été perpétrés les massacres.

Il y a aussi la Grande Mosquée dont la visite n’est pas indispensable si on a vu les autres. Elle proche du grand bazar qui lui est à voir. Il est plus authentique que celui autour de la place Naqhsh-e Jahan qui est plus destiné aux touristes.

Il me faut repartir pour mes affaires, et c’est avec un pincement au cœur que je dis au revoir à l’Iran.

A bientôt.

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.