Catégories
Ailleurs Photographies

Mexique: L’inquiétante disparition et discrimination raciale

Cette semaine voyage express au Mexique. « Express » est une façon de parler car le Mexique c’est compliqué à atteindre depuis la Suisse. De plus mes clients n’étaient pas à Mexico city…. Ce serait trop simple.

Voyage aller Zürich – Chicago – Monterrey. L’entrée aux USA même en transit nécessite une sorte de visa que l’on remplit sur Internet. Ils demandent quand même si on vient pour perpétrer des attentats… L’intérêt de la question paraît limité. Qui, quelles que soient ses intentions, va répondre « OUI » ? Ensuite pour la première entrée on doit passer devant un agent des douanes qui reçoit ses « clients » les uns après les autres avec l’attitude supérieure de celui qui sait qu’il a le destin des autres en ses mains. Pas un sourire, pas un bonjour, juste des instructions « mettez les 4 doigts de la main droite sur le scanner d’empreintes », « mettez le pouce droit sur le scanner »…. Evidemment, vues mes difficultés de latéralisation (manière « avantageuse » pour moi de dire que je ne connais pas ma droite et ma gauche) j’ai commencé par la main gauche quand il me parlait de la droite. J’ai vu à son regard qu’il pensait « Ce n’est tout de même pas la crème qui rentre aux USA… ». Finalement il a fini par aboyer un « accepted » en tamponnant mon passeport.

J’ai déjà vu quelques aéroports, mais Chicago, est le plus grand et de loin ; en revanche pas forcément le mieux indiqué. J’ai fini par trouver mon terminal, mon « concourse » (salle du terminal) et mon vol. Pour les transits, il faut prévoir un peu de temps tout de même. Avec l’entrée qui m’a pris 1 heure de queue et la recherche de son « concourse », 2 heures me paraissent le minimum. Au contrôle des bagages à mains il y a une personne qui est payée à hurler sur les gens « quittez vos chaussures!!! », « Attendez derrière la ligne rouge!!! », « les ordinateurs dans un bac!!! », « plus vite s’il-vous-plait !!! », « vos pieds sur les marques jaunes!!! »…. Charmante profession.

Arrivé à Monterrey, mon premier étonnement a été de voir que les mexicain, même dans les hôtels, agences de location de voiture, accueil des entreprises, restaurants…. Parlent très peu et plutôt mal anglais.

J’ai loué une voiture pour mes déplacements lors de mon passage à Tampico. Bien entendu j’ai pris la version la moins chère, je ne rigole pas avec mes notes de frais ! Une toute petite Chevrolet, avec de toutes petites roues, un tout petit moteur et pour compléter très peu de place à l’intérieur. Ayant fait plusieurs vols assez longs au préalable en classe économique, j’étais déjà chaud pour tasser mon mètre 86 dans des espaces restreints. Ils ont des camions énormes qui font un bruit du diable quand les chauffeurs lancent leurs moteurs au démarrage. Il faut de la puissance ils tractent 2 remorques de minimum 15 mètres. Je n’imagine même pas comment faire une marche arrière avec une telle longueur et 2 articulations. Avec la chaleur et des masses de 60 ou 80 tonnes qui circulent sur le bitume, ce dernier est passablement déformé et très peu entretenu. On se rend bien compte qu’une petite voiture avec des toutes petites roues c’est limite pour faire des dégâts et se faire escroquer à la restitution à l’agence de location.

Donc j’ai un peu circulé et dans les rues je n’ai vu personne avec un sombrero (les chapeaux de cow-boy, eux, sont assez fréquents) et plus surprenant pas un seul cactus. Je m’attendais à des cactus à foison, il n’y avait que des palmiers. Je suis à 2 doigts d’alerter Greenpeace sur cette disparition dont personne ne parle.

Les clients sont plutôt arrangeants et placides. Le rythme de travail n’a pas l’air dément, la chaleur sûrement. Ils acceptent un rendez-vous à 9h30 alors qu’ils arrivent à 10 heures au travail.

Pendant ce séjour j’aurai pris en tout 7 avions en 4 jours. Curieusement, les horaires sont de type 07h42 ou 21h07 que l’on voit fréquemment pour des trains mais plus rarement pour les avions. Je devais rentrer par Tampico – Houston – Washington – Zürich mais l’ouragan Harvey en a décidé autrement puisque l’aéroport de Houston est pour l’instant fermé. Donc ce fut Tampico – Mexico – Miami – Zürich. Ce matin pour le vol Mexico vers Miami avec American Airlines lorsque mon tour vient la dame me dit « On n’a plus de place dans les coffres à bagages vous allez devoir laisser votre sac à dos et vous le retrouverez à Miami ». Je proteste car il y a dans ce sac mon ordinateur et mes papiers importants. Elle insiste lourdement et commence à me parler fort ce qui dans mon état de fatigue me parait inacceptable. Je lui fais remarquer qu’elle n’a pas à me parler ainsi. Elle monte encore le ton car je refuse toujours de prendre mes affaires importantes à la main et de donner mon sac. Comme elle commençait à m’ennuyer et (surtout) par esprit de provocation je lui ai répondu « vous vous en prenez à moi parce que je suis un homme blanc (elle-même est noire) donc vous commencez par me discriminer : je suis le seul à qui vous demandez ça. Vous continuez par me harceler. Je veux parler au commandant de l’avion pour signaler votre comportement ! ». Là, miracle, culture américaine : discrimination et harcèlement dans la même phrase ; elle s’est calmée, excusée et m’a laissé passer avec mon sac à dos. Amusant non ? Je n’ai eu, en plus, aucune difficulté à le rentrer dans le coffre à bagages.

J’écris depuis l’avion, il est 0h15 de Miami et 06h15 heure de Zürich. La nuit sera courte… si j’arrive à dormir en raison de ma proximité avec les toilettes qui sont tout de même assez bruyantes à chaque fois qu’une personne actionne la chasse d’eau.

Quelques photos pour finir.

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.