Catégories
Ailleurs Inde

Voyage Interplanétaire : Partie 1

L’avant voyage

C’est la première fois que je vais couper le même billet en plusieurs parties. Mais l’Inde c’est un très gros morceau qui vaut bien ce changement. Nous verrons s’il y a lieu de renouveler l’expérience.

Partir en Inde c’est un peu changer de planète. Donc une expédition sur la planète Inde ne s’improvise pas. Je dois être venu plus de 10 fois et je partage volontiers quelques conseils affutés pour ce voyage interplanétaire que constitue une tournée commerciale dans le Nord de l’Inde. Ce concept dans un pays gigantesque varie d’une personne à l’autre quant à la zone de fin du nord en direction du sud (suis-je clair ? je me le demande)

Indispensable #1

Pour l’Inde je mets en premier dans ma valise des médicaments anti-diarrhéiques. C’est compréhensible, notre système immunitaire n’est pas (plus) dimensionné pour la qualité d’eau qu’on trouve ici. Malgré toutes les précautions classiques : boissons scellées, rinçage de bouche à l’eau en bouteille, lavage de mains aussi fréquent que possible, etc. Au bout de quelques jours il y a de fortes chances d’être victime d’une diarrhée.

Indispensable #2

Toujours avoir avec soi des mouchoirs en papier. Ils ont plusieurs utilités.

  1. Se moucher : l’air des villes étant poussiéreux (le contenu des poussières ?…) donc le besoin de se moucher viendra.
  2. Dans les cas de diarrhée on peut être amené à se soulager dans des toilettes non fournies en papier. Je ne fais pas un dessin.
  3. Les mouchoirs en papier servent à nettoyer les chaussures. J’y reviens plus bas.

Indispensable #3

Toujours avoir avec soi de l’eau. Les hôtels fournissent des bouteilles de petit format, il faut les utiliser.

  1. Il fait plus chaud qu’en Europe, c’est poussiéreux, on veut éviter la diarrhée : donc il faut boire.
  2. L’eau permet de se nettoyer et c’est plus pratique avec des mouchoirs en papier.
  3. L’eau permet de nettoyer les chaussures. J’y reviens plus bas.

Indispensable #4

Là c’est à la fois une démarche pratique et du domaine de « ce qu’on entend représenter en tant qu’étranger qui vient solliciter l’ex-pays sous-développé à celui qui bien classé dans les BRICS ». Et ça passe entre-autres par les chaussures.

Avoir des chaussures dans lesquelles on est bien n’est pas utile pour des questions de marche, c’est plus en raison du temps passé avec les chaussures aux pieds. Les temps de transport étant en relation avec l’état des routes on peut passer 6 à 8 heures voire plus par jour dans une voiture donc en plus du temps chez les clients ça peut être très long sur 24 heures (« Spoil Alert » : une partie de cette série ces billets sera consacré à la circulation automobile – ou du moins sur les voies carrossables).

Il faut aussi partir du principe que les chaussures vieilliront plus vite : état des trottoirs (quand ils existent), poussière… donc il est raisonnable de prendre des chaussures auxquelles on n’est pas trop attaché ou en fin de vie.

Ce qui précède était le côté pratique. Arrêtons-nous sur les messages diffusés par les chaussures lorsqu’on vend en Inde.

Il faut arriver avec des chaussures propres mais pas trop fraichement cirées. Trop brillantes les chaussures montreront que l’on n’est pas allé dans la réalité de la rue, ou pire que l’on a utilisé les services d’un pauvre cireur de chaussure indien, donc qu’on est encore dans l’esprit colon….
J’ai un peu réfléchi au sujet et tous les soirs je nettoie mes chaussures avec de l’eau (du robinet pour le coup !) à l’aide d’un mouchoir en papier. Le papier WC ne convient pas pour cet usage : il laisse des petits copeaux blancs partout sur les chaussures et qui se collent en séchant. Le mouchoir en papier est parfait. Cette méthode me permet de rester avec des chaussures présentables sans être « trop ». On reste au niveau de propreté des chaussures des indiens eux-mêmes.
Des chaussures trop sales montrent qu’on n’est pas capable de s’adapter à l’inde. Donc est-ce que l’on présente sera à la hauteur.

Voilà selon moi l’équipement minimal du voyageur en direction de la planète Inde. 4 simples choses plus une forme de patience variable. J’expliquerai cette phrase dans la partie 2 de ce billet.

Les prochains billets à paraître sont  :

  • Voyage Interplanétaire – Partie 2 : Après l’arrivée –  ici
  • Voyage Interplanétaire – Partie 3 : Les guest houses
  • Voyage Interplanétaire – Partie 4 : Road movies
  • ….

A bientôt, j’espère!

Par baichette

Passionné de voyages, photos avec un téléphone et de vente.

2 réponses sur « Voyage Interplanétaire : Partie 1 »

Titre : l’Inde: yeux secs mais sortez vos mouchoirs…Enigme supplémentaire pour ce pays.
Moi quand je pense Inde, j’ai toujours le mahatma Ghandi a l’esprit.

Laisser un commentaire, c’est sympa et motivant Annuler la réponse.